under728
Blog

Vivre du podcast amateur en France ? Très compliqué voire impossible


20 juin 2016 Facebook Twitter LinkedIn Google+ L'actu Radio



Le 16 juin, la version française de Slate annonçait s’être lancée dans la production de podcasts. En France, les grandes radios nationales se sont emparées du médium et l’utilisent pour proposer leurs émissions en rattrapage. Aux Etats-Unis, des producteurs indépendants ont réussi à se tailler une part du lion et vivent de leur activité. De ce côté-ci de l’Atlantique, c’est nettement plus compliqué voire impossible.

N’oubliez pas de vous abonner à notre émission sur iTunes pour ne pas rater un seul numéro”. On peut entendre cette phrase et ses variantes à la fin de nombreuses émissions de radio. Les podcasts sont ainsi souvent vus en France comme un rattrapage des programmes que l’on a pas pu écouter en direct. A côté de ça, de plus en plus de médias lancent leurs propres podcast, à l’image de Buzzfeed aux Etats-Unis qui produit plusieurs émissions sur des thèmes aussi variés que la culture Internet, la politique, la production télévisuelle et le féminisme. Jeudi 16 juin, Slate.fr lançait ses propres émissions, suivant le chemin tracé par la version américaine du site

Depuis de nombreuses années, des personnes indépendantes de tous médias produisent leur propre émission. Si la professionnalisation semble accessible aux États-Unis, c’est loin d’être le cas en France. Le top des téléchargements français de podcast sur iTunes laisse la part belle aux radios nationales. Il n’est pas rare que le top 10 soit composé exclusivement d’émissions d’Europe 1, RTL ou Radio France.

Lorsque iTunes a lancé les podcasts il y a une dizaine d’années, l’idée était que des particuliers puissent produire leur propre émission et concurrencent les radios, ce qui semble encore aujourd’hui assez lointain en France. Aux Etats-unis, le Président a fait le chemin jusqu’en Californie dans le garage de Marc Maron, comédien de stand-up, pour enregistrer un podcast. L’invitation d’une personnalité comme Barack Obama dans une telle production indique un certain degré de maturité du format. Aux USA, des producteurs se sont fait un nom en tant que “podcasteur“, des journalistes ou des comédiens ont fondé leur propre société de production et il existe à Los Angeles un festival entièrement consacré au format.

Lire la suite de cette article sur Les Inrocks

commentaires